Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 avril 2012 6 28 /04 /avril /2012 05:37

 

Copy of tres leches 056

 

    Je n'ai mangé ce gâteau qu'une seule fois à l'épicerie mexicaine. Le mien avait des fraises et deux étages mais il se fait aussi en un seul morceau et sans fruits. Les fraises hors saison n'étaient pas fabuleuses mais j'ai apprécié la légèreté du gâteau, on a beau en manger une grosse part on a l'impression d'avoir un vide après à l'intérieur. Je n'ai pas compris sur le coup pourquoi on l'appelait ainsi, il n'était pas particulièrement détrempé mais sa fraîcheur m'a donné envie d'essayer. J'ai lu qu'au Mexique on l'aimait très imbibé. Celui que j'ai fait l'était à moitié comme le montrent les photos et je l'ai adoré ainsi mais je pense qu'un peu plus de liquide ne lui ferait pas de mal. J'ai pris la recette ici et je vous la propose avec davantage de liquide comme on peut la voir un peu partout. Je n'ai pas voulu faire un gâteau tout blanc nature ni quelque chose qui ressemble à un fraisier du pauvre avec guère de fraises donc j'ai choisi de le faire au café. Moi qui voulais faire original c'est un peu loupé car au final ça me rappelle beaucoup le tiramisu, en plus léger. C'était un peu sucré mais qu'est-ce que c'était bon! Je sens que vous n'y tenez plus. Pourquoi "trois laits"? On le fait tremper dans un mélange de lait concentré, lait concentré sucré et crème, sans compter qu'on le garnit de crème fouettée et qu'on peut mettre un peu de lait dans la pâte. Normalement on fait imbiber le gâteau froid toute une nuit mais on peut aussi faire sa grosse brute impatiente comme moi et lui faire boire le jus quand il est chaud, ça va plus vite, peut-être aussi que ça empêche le liquide de traverser tout le gâteau, à vous de voir.

 

Copy of tres leches 028

Ingrédients pour 2 moules de 23 cm:

 

Gâteau:

 

- 1 tasse de farine (1 tasse = 250 ml)

- 5 oeufs

- 170 g de sucre (125 conseillés)

- 1/4 de tasse de lait

- 1 c. à café 1/2 de levure

- 1 boîte de lait concentré

- 3/4 de boîte de lait concentré sucré

- 1/4 de tasse de crème liquide

- 2 à 3 c. à soupe de café en poudre soluble (Ricoré)

 

Glaçage:

 

- 50 cl de crème liquide

- sucre glace

- café en poudre (ou extrait de café liquide)

 

Copy of tres leches 100

 

Déroulement:

 

     Préchauffer le four à 185°C. Beurrer les 2 moules de 23 cm. Tamiser la farine et la levure. Fouetter les jaunes d'oeufs avec les 3/4 du sucre jusqu'à ce que le mélange blanchisse. Ajouter le lait normal et la vanille. Ajouter la farine et mélanger à la cuiller. Battre les bancs en neige ferme. Ajouter le reste de sucre et continuer à battre 2 minutes. Incorporer délicatement au mélange aux jaunes d'oeufs. Verser dans les moules et enfourner 35 minutes. Le gâteau est cuit quand il a gonflé et qu'il est retombé.

 

    Démouler les gâteaux et les mettre sur une grille pendant 15 minutes. Si vous avez deux belles pelle à tarte remettre les gâteaux dans les moules pour pouvoir les imbiber généreusement et les déplacer ensuite, sinon les mettre sur le plat de service (du moins un des 2). Avec des brochettes ou une fourchette faire plein de trous dans le gâteau. Mélanger le lait concentré, le lait concentré sucré, la crème et le café avec un fouet à main. Si vous avez du café en granules faire chauffer un peu de lait concentré et le diluer dedans. Verser équitablement sur les 2 gâteaux en insistant sur les côtés. Il reste du lait dessus mais c'est normal. Certains ne mettent pas tout, moi j'ai mis juste un peu moins et mon gâteau n'était pas imbibé jusqu'au bout. Laisser totalement refroidir et mettre 2 heures au frigo ou idéalement toute une nuit.

 

    Avec 2 pelles à tarte ou des spatules, démouler un premier gâteau et le mettre sur le plat de service. Monter la crème en chantilly ferme. Ajouter un peu de sucre et de café en poudre et mélanger. Verser un peu de crème sur le gâteau. Démouler le 2ème gâteau, le poser dessus et recouvrir de chantilly. Moi j'ai pris l'idée du décor ici, c'est beaucoup moins aisé et moins joli avec de la chantilly qu'avec de la crème au beurre mais ça change. Réfrigérer une heure avant de servir.

 

Copy of tres leches 077

 

Coffee tres leches cake

 

   I've only eaten this cake once at the Mexican grocery store. I had one with strawberries and two layers but it can also come in one piece and without fruit. The strawberries that were not in season weren't that great but I enjoyed the lightness of the cake, even after eating a big piece I felt I had a hole in my stomach. I didn't get then why it was called that way, it wasn't particularly soaked but its freshness made me want to try it at home. I read that in Mexico they like it very soggy. As you can see in the pictures the one I made was just half soaked and I loved it as it was but I think a little more liquid wouldn't hurt. I found the recipe ici and I give it to you with a bit more liquid as it can be seen everywhere. I didn't want to make a plain all white cake or something that looks like a lame strawberry cake with very few strawberries so I chose to add coffee. I wanted to be original but it was a bit of a failure because in the end it reminds me a lot of tiramisu, but lighter. It was a bit sweet but it was so good! I feel that you can't wait any longer. Why "three milks"? It is soaked in a mixture of condensed milk, sweetened condensed milk and cream, not to mention that you top it with whipped cream and you put a little milk in the cake mixture. Usually you soak the cold cake overnight but you can also go the impatient brute way like me and let it absorb the liquid when still hot, it's faster. Maybe it prevents the liquid from getting through the whole cake too, you decide.

tres leches 102 b
Ingredients for two 9 in. pans:

Cake:

- 1 cup flour
- 5 eggs
- 2 cups sugar (125 g recommended)
- 1/4 cup milk
- 1 tsp. baking powder
- 1 can condensed milk
- 3/4 can sweetened condensed milk
- 1/4 cup heavy cream
- 2 to 3 tbs. instant coffee powder

Frosting:

- 1 pint whipping cream
- icing sugar
- powdered coffee (or coffee extract)

 

Copy of tres leches 053
Directions:

     
Preheat oven to 350°F. Butter the two cake pans. Sift the flour and baking powder. Whisk the egg yolks with 3/4 sugar until the mixture gets pale. Stir in regular milk and vanilla. Add flour and combine with a spoon. Beat the egg whites until stiff peaks form. Add remaining sugar and continue beating 2 minutes. Fold gently into the eggs yolk mixture until combined. Pour into prepared pans and bake 35 minutes. The cake is cooked after raising and deflating a little bit.

   
Turn out the cakes and place on a rack for 15 minutes. If you have two pie servers put the cakes back into the tins in order to soak them generously, and if not then move them to the serving dish (at least one of two). With a fork or skewer poke many holes in the cakes. Combine evaporated milk, sweetened condensed milk, cream and coffee with a whisk. If you have coffee granules heat up a little condensed milk and dilute the coffee in it. Drizzle evenly over the two cakes and insist on the sides. There will be some milk floating on the surface but that's normal. Some don't pour everything but I poured just a little less and my cake wasn't soaked through. Let cool completely and place in the refrigerator 2 hours or ideally overnight.

    
With 2 pie servers or spatulas, take one cake out of the mould and put it on the serving dish. Whip the cream until firm. Add a little sugar and coffee powder and mix. Spread a little cream on the cake. Take out the second cake, lay it on top of the cream and cover with the rest of the whipped cream. I found the idea of the icing here. It is much more difficult and less attractive with whipped cream than with butter cream but I liked the change. Refrigerate one hour before serving.

 

Copy of tres leches 093

Repost 0
Publié par Stef de Fla - dans tartes et gâteaux
commenter cet article
23 avril 2012 1 23 /04 /avril /2012 10:32

 

Copy of cornbread 024

 

    Après la pièce montée qui m'a pris une plombe à réaliser et à publier (je viens juste de finir de rédiger la traduction), il me fallait un truc ultra simple. Je n'avais encore jamais goûté à ce classique de la cuisine du sud et je suis conquise. C'est parfait pour accompagner une soupe (le chili en particulier), manger tel quel avec du beurre, ou pour faire des sandwiches. Comme beaucoup de choses qui se terminent par "bread" ici il s'agit plus d'un gâteau. J'ai la poêle traditionnelle pour la frime mais rien de vous empêche de le réaliser dans une poêle en fonte classique ni même dans un moule à gâteau. D'ailleurs il me restait de la pâte et vous pouvez voir sur mes photos que ça marche aussi dans un ramequin. Le passage à la poêle permet juste de faire croustiller les bords. J'ai utilisé des piments jalapeño mais en France évidemment vous pouvez prendre des piments verts du Maghreb.

 

Copy of cornbread 015

 

Ingrédients:

 

- 1 tasse de farine de maïs (1 tasse = 25 cl)

- 1/2 tasse de farine de blé

- 1 tasse de lait ribot

- 1/2 tasse de lait

- 1/4 de tasse de beurre fondu + 2 c. à soupe

- 1 oeuf

- 2 piments jalapeños ou 1 gros piment doux

- 1 petit bouquet de coriandre

- 1 c. à soupe de levure

- 1/2 c. à café de bicarbonate

- 1 petite c. à café de sel

 

Déroulement:

 

    Ciseler la coriandre. Enlever les graines des piments et les couper en petits cubes. Préchauffer le four à 230°C.

 

    Mélanger les farines, la levure, le sel et le bicarbonate dans un saladier. Mesurer le lait et le lait ribot dans un verre et ajouter l'oeuf. Mélanger à la fourchette. Faire fondre le beurre. Mélanger sans insister le lait et le beurre aux ingrédients secs et ajouter la coriandre et les piments. 

 

   Faire fondre les 2 cuillerées de beurre dans la poêle. Verser le pain dans la poêle bien chaude et laisser cuire 5 minutes. Transférer dans le four et cuire jusqu'à ce que le dessus soit doré, environ 25 minutes. Démouler et laisser refroidir.

 

          Copy--2--of-cornbread-054.jpgCopy--2--of-cornbread-057.jpg

 

 

Skillet cornbread with jalapenos and cilantro

 

 

  After the croquembouche that took me ages to make and publish (I just finished writing the translation), I needed something very simple. I had never tried this classic of Southern cooking and it won me over. It is perfect to eat with a soup (chili in particular), on its own with butter, or to make sandwiches. Like many things ending with "bread" here, it is more like a cake. I'm completely showing off with my traditional cornbread skillet but nothing prevents you from baking it in a regular cast iron skillet or even a cake pan. For that matter I had some leftover batter and you can see in my photos that it also works in a ramekin. Using a skillet just gives it crispy edges. I used jalapeno peppers but in France you can easily replace them by green chiles from the Maghreb.

Copy of cornbread 009
Ingredients:

- 1 cup cornmeal
- 1/2 cup wheat flour
- 1 cup buttermilk
- 1/2 cup milk
- 1/4 cup + 2 tbs melted butter
- 1 egg
- 2 jalapeno peppers or 1 large mild green chile
- 1 small bunch cilantro
- 1 tbs baking powder
- 1/2 tsp soda
- 1 small tsp salt

Copy of cornbread 037
Directions:

    Chop the cilantro. Remove the seeds from the peppers and cut into small cubes. Preheat oven to 450°F.

   Mix flour, baking powder, salt and baking soda in a bowl. Measure the milk and buttermilk in a glass and add the egg. Stir with a fork. Melt the butter. Combine milk and butter with dry ingredients and add the cilantro and chiles. Mix rapidly.

    Melt 2 tablespoons butter in the skillet. Pour the bread into the hot pan and cook 5 minutes. Transfer to oven and bake until top is golden, about 25 minutes. Turn out and let cool.

 

 

Copy of cornbread 046

Repost 0
19 avril 2012 4 19 /04 /avril /2012 06:15

 

Copy of pièce montée 019

 

   A première vue une pièce montée classique mais regardez-moi l'intérieur:

 

Copy of pièce montée 137

    Il y a longtemps que j'avais envie d'essayer une pièce montée. J'ai attendu et attendu l'occasion idéale mais ça n'allait jamais. Là je n'en pouvais plus, je n'ai pas pu attendre mon anniversaire de mariage qui est dans une semaine. Et puis c'est pas quand on a la pression pour une grande occasion qu'il faut s'entraîner à faire ce genre de truc. Il faut quand même s'armer de patience. Le caramel colle très bien y'a pas de problème mais si vous avez déjà essayé d'empiler des choux comme ça l'air de rien vous avez pu remarquer que ça ressemble à rien. J'ai donc visionné des vidéos sur Youtube et à ma connaissance il y a trois méthodes, soit vous empilez vos choux autour d'un cône fabriqué par vos soins, soit vous les empilez dans un cône genre chinois ou cône de signalisation routière (la prochaine fois que vous en voyez un vous savez ce qu'il vous reste à faire), soit vous faites la 1ère rangée dans un cercle à pâtisserie et puis vous empilez le reste comme un grand, comme un pâtissier quoi. Comme j'avais pas trop envie qu'on découvre un cône en alu en mangeant mes choux et comme j'avais pas de cône vide adéquat j'ai opté pour la 3ème solution. Je n'avais pas de cercle de la bonne taille mais j'ai pris un petit plat à tarte recouvert de papier sulfurisé et ça a marché.

 

    La difficulté de la recette, une fois qu'on sait faire les choux et qu'on sait se servir d'une poche à douilles, c'est le caramel. Je savais déjà qu'il brûlait et qu'il laissait de redoutables traces de son passage sur le plan de travail et sur le sol mais je ne savais pas qu'il pouvait passer d'à peine cuit à brûlé aussi rapidement hors du feu. Ne négligez pas le saladier d'eau froide près de vous, cela évite d'avoir du caramel brûlé et ça aide quand on se brûle. Je vous conseille d'avoir plusieurs casseroles disponibles au cas où votre caramel brûle trop vite (moi j'ai recommencé d'où un certain flou dans les proportions de sucre) et surtout d'éviter les casseroles à double fond qui accélère la cuisson hors du feu. Une fois que vous avez réussi à stopper la cuisson il ne va pas vous rester beaucoup de temps avant qu'il ne durcisse donc il faut rester près du gaz pour pouvoir le réchauffer rapidement sans le faire cuire. Une fois vos choux empilés se pose le problème de la conservation. Le caramel n'aime pas le frigo donc laissez votre dessert à température ambiante ou dans le garage au frais. Les choux eux peuvent très bien se garder vides (et même se congeler) et garnis au frigo pendant quelques jours. C'était la première fois que je faisais et manipulais de la nougatine et je n'ai pas trouvé ça difficile. Je me demande même pourquoi la fan de pralin et de caramel que je suis n'a pas essayé plus tôt.

 

Picnik collage

Ingrédients pour environ 28 - 30 choux:

 

Pâte à choux:

 

- 125 g de farine

- 4 oeufs

- 60 g de beurre

- 25 cl d'eau

- 1 c. à soupe de sucre

- 1 pincée de sel

 

Garniture:

 

- 75 cl de smoothie à la mangue

- 2 oeufs

- 5 c. à soupe bombées de Maïzena

- 160 g de sucre

- 150 à 200 g de chocolat au lait

- 8 c. à soupe de lait ou d'eau

 

Caramel:

 

- 200 g de sucre environ

- 6 c. à soupe d'eau ou de jus de citron (pour éviter la cristallisation)

 

Chantilly:

 

- 200 ml de crème de coco ou de crème liquide

- 2 grosses c. à soupe de sucre glace

 

Nougatine:

 

- 25 g d'amandes effilées

- 50 g de sucre

- un peu d'eau

 

Copy of pièce montée 010

Déroulement:

 

     Mettre le beurre et l’eau dans une casserole et porter à ébullition. Ajouter la farine en une seule fois, feu éteint. Remuer très énergiquement au fouet jusqu’à ce que le liquide ait absorbé toute la farine. Remettre la casserole sur feu doux et remuer avec une cuillère en bois pendant environ 3 minutes jusqu’à ce que la pâte forme une boule (cette opération permet de sécher la pâte). Verser dans un saladier.


     Fouetter rapidement les oeufs dans un saladier pour bien les homogénéiser. Ajouter en 4 ou 5 fois à la pâte en mélangeant vivement avec la cuiller en bois. Si les oeufs sont gros vous n'aurez peut-être pas besoin de tout mettre. La pâte obtenue doit être brillante, souple mais pas liquide et doit former un ruban quand elle retombe. Remplir une poche à douille et former de petits tas espacés de 2 cm, sur une plaque recouverte de papier sulfurisé. Si vous aimez les choux bien ronds, mouillez légèrement l’index et aplatissez la pointe délicatement avant d’enfourner. Faire cuire en plusieurs fournées à 210 ° C pendant 25 à 40 minutes selon le four mais ne pas faire trop sécher car les choux doivent être assez souples pour pouvoir être empilés serrés. Laissez refroidir et utiliser de préférence le lendemain.

 

     Pour la crème, mettre chauffer le smoothie dans une casserole. Fouetter les oeufs avec le sucre et ajouter l'amidon de maïs. Mélanger et ajouter au smoothie chaud. Remuer sans cesse avec un fouet et porter à ébullition. Couper le feu et faire refroidir au-dessus d'un bain marie d'eau froide en remuant régulièrement.

 

     Faire fondre le chocolat avec le lait et bien mélanger. Laisser tiédir quelques minutes. Avec la douille pointue, faire des trous dans la partie inférieure de tous les choux. Mettre le chocolat dans la poche à douille et garnir légèrement les choux, il faut laisser de la place pour la crème. Laisser refroidir à température ambiante.

 

     Quand la crème à la mangue est froide, la mettre dans la poche à douille lavée et en fourrer les choux jusqu'à ce qu'elle sorte d'elle-même. Laisser reposer les choux au frais pendant 30 minutes avec l'ouverture vers le haut.

 

     Avant de commencer le caramel, prévoir un grand saladier d'eau froide et se débarrasser de toute bête à poil (genre chatte en chaleur qui se frotte partout et en plus fait son poil). Recouvrir une plaque de papier sulfurisé. Mettre le sucre avec 6 c. à soupe d'eau dans une casserole. Faire chauffer à feu vif jusqu'à une belle couleur dorée. Tremper immédiatement dans le saladier d'eau froide pour arrêter la cuisson. Tremper le dessus des choux dans le caramel et les poser sur l'ouverture, côté caramel dessus (si on le pose le côté caramel sur le papier le caramel devient terne), sans se brûler. Remettre chauffer le caramel au besoin en mélangeant avec une cuillère pour liquéfier plus rapidement sans cuire. Laisser refroidir les choux.

 

     Recouvrir de papier sulfurisé le fond d'un petit plat à tarte ou plat à oeuf, ou cercle à pâtisserie. Il vaut mieux prévoir petit que de se retrouver avec pas assez de choux pour faire les derniers étages (un peu comme moi). Remettre chauffer le caramel, s'il est trop brun et amer en faire un autre. Poser les choux avec le dessus à l'extérieur sans caramel sur le contour intérieur du moule pour voir lesquels sont les mieux adaptés à sa taille. Ensuite les tremper dans le caramel sur la tranche et bien les serrer les uns contre les autres. Laisser refroidir quand le cercle est fini.

 

     Démouler. Poser sur le plat de service et faire les étages suivants en trempant les choux dans le caramel sur les côtés, en continuant de les mettre avec le dessus à l'extérieur et de les serrer (pas fait car mes choux étaient trop cuits) et en raccourcissant le cercle à chaque étage. Laisser à température ambiante.

 

    Pour la nougatine, préparer une plaque avec du papier sulfurisé. Écraser grossièrement les amandes et les faire légèrement torréfier au four pendant 15 minutes. Laisser le four allumé. Mettre le sucre avec un peu d'eau dans une casserole. Porter à ébullition et lorsque que la bonne couleur est atteinte prélever une cuillerée à café et la mettre sur du papier sulfurisé. Ajouter les amandes. Bien mélanger puis verser sur le papier sulfurisé. Mettre une autre feuille de papier dessus et étaler avec un rouleau à pâtisserie. Laisser suffisamment refroidir pour pouvoir décoller le papier du dessus. Tracer des lignes pour faire des triangles avec un couteau. Si la nougatine est déjà trop dure (ce qui risque fort d'être le cas), passer la plaque au four chaud quelques minutes avant de tracer les lignes. Quand la nougatine se raffermit, couper les triangles. S'ils sont durs les remettre au four. Quand ils sont souples mais plus bouillants, les décoller du papier avec les doigts et les poser sur un cercle à pâtisserie ou un bouteille pour les courber. Laisser refroidir. Faire réchauffer la cuillerée de caramel réservée et s'en servir pour coller les triangles l'un contre l'autre et sur les choux.

 

    Monter la crème en chantilly et la sucrer. Mettre dans la poche à douille et en décorer la pièce montée. Servir sans trop attendre car la crème va faire liquéfier le caramel.

 

Copy of pièce montée 037

 

 

Mango and chocolate croquembouche


 

     At first it looks like a regular croquembouche but take a look at the inside:

 

Copy of pièce montée 127
   
I've been wanting to make croquembouche for a while. I've waited and waited for the perfect opportunity but it was never right. But I had enough, I couldn't wait for my wedding anniversary next week. And it's not when you're under pressure because of a special occasion that you can practise making this kind of thing. You really need to be patient. The caramel sticks very well, there's no problem but if you've ever tried to pile up puffs, discreetly, without a fuss, you have probably noticed that it looks like crap. So I watched videos on Youtube and as far as I know there are three methods: you pile up your puffs around a home made cone, or you can stack them inside a conical strainer or a traffic cone (next time you see one you know what you have to do) or you make the first row in a pastry ring and then pile up the rest like a big boy or girl, like a pastry chef basically. As I didn't want people to discover an aluminium cone while eating my puffs and since I had no adequate empty cone I opted for the third solution. I didn't have a ring of the right size but I took a small pie pan lined with parchment and it worked.

   
Once you know how to make puffs and use a piping bag, the difficulty of the recipe is the caramel. I already knew it could burn and leave unforgettable marks on the worktop and on the floor, but I did not know it could go from barely cooked to completely burnt so quickly when off the heat. Do not overlook the bowl of cold water next to you, this avoids ending up with burnt caramel and it helps when you burn yourself. I advise you to have several pans at hand in case your caramel burns too quickly (I had to start over again, hence the vague proportions of sugar) and especially to avoid thick bottomed pans that accelerate the cooking process off the heat. Once you've managed to stop cooking it, you won't have much time before it hardens so you need to stay close to the stove to quickly warm it up without cooking it. Once your puffs are nicely piled up the problem is where to keep them. The caramel doesn't like the fridge so leave your dessert at room temperature or in a cool spot in the garage. The puffs can keep very well when empty (they can even be frozen) and in the fridge for a few days once filled. This was the first time I made almond brittle and I didn't find it difficult. I wonder why the fan of praline and caramel in me hasn't tried it before.

 

piece-montee-024.jpg
Ingredients for about 28 to 30 puffs:

Choux pastry:

- 125 g flour
- 4 eggs
- 60 g butter
- 1 cup water
- 1 tbs sugar
- 1 pinch of salt

Filling:

- 75 cl mango smoothie
- 2 eggs
- 5 heaped tbs cornstarch
- 160 g sugar
- 150 to 200 g milk chocolate
- 8 tbs milk or water

Caramel:

- about 200 g sugar
- 6 tbs water or lemon juice (to prevent crystallization)

Whipped cream:

- 200 ml coconut cream or heavy cream
- 2 large tbs icing sugar

Brittle:

- 25 g sliced ​​almonds
- 50 g sugar
- a little water


Copy of Copy of pièce montée 036  

Directions:

     
Put butter and water in a saucepan and bring to a boil. Add flour all at once, off the heat. Stir very vigorously with a whisk until the liquid has absorbed all the flour. Return the pan to low heat and stir with a wooden spoon for about 3 minutes until the dough forms a ball (this helps dry the dough). Pour into a salad bowl.

    
Beat the eggs in a bowl. Add them to the dough in 4 or 5 times by mixing vigorously with a wooden spoon. If the eggs are large you might not need them all. The dough should be shiny and smooth but not liquid. It must form a ribbon when it falls. Fill a pastry bag and form small even heaps spaced out of an inch, on a baking sheet lined with parchment. If you really want round puffs, slightly wet your finger and gently flatten the tip before baking. Cook in several batches at 210°C for 25 to 40 minutes depending on oven, but do not overcook because sprouts must be flexible enough to be stacked tight. Cool and use preferably the next day.

     
For the filling, heat the smoothie in a saucepan. Whisk eggs with sugar and add the cornstarch. Mix and add to hot smoothie. Stir constantly with a whisk and bring to a boil. Turn off the heat and let cool over a cold water bath, stirring frequently.

     
Melt chocolate with milk and mix well. Let cool a few minutes. With the long pointed nozzle, make holes under each puff. Place chocolate in a piping bag and just fill the puffs a little, leave room for mango cream. Let cool at room temperature.

     
When the mango cream is cold, place in  clean pastry bag and fill the puffs until the cream oozes out. Leave the puffs in the fridge for 30 minutes with the opening facing up.

     
Before starting the caramel, make sure you have a large bowl of cold water at hand and get rid of any furry animal (like a cat in heat that rubs herself everywhere and is loosing her hair on top of that). Line a tray with parchment. Put the sugar with 6 tablespoons of water in a saucepan. Heat over high heat until golden brown. Immediately dip the pan in the bowl of cold water to stop the cooking. Dip the top of the puffs in the caramel and place on the tray with opening down and the caramel side up (if you lay them on the parchment on the caramel side the caramel becomes dull), without burning yourself. Return the caramel to heat if needed and mix it with a spoon to liquify it faster without cooking it. Let the puffs cool down.

     
Cover the bottom of a small pie dish, or an egg dish or a pastry ring with parchment. It is better to think small than to find yourself with not enough puffs for the top layers (like me). Put the caramel back on the stove, if it is too dark and bitter make another one. Line some puffs with the caramel top against the inner side of the mold (or ring) to see which are best suited to its size.
Put the caramel back on the stove, if it is too dark and bitter make another one. Then dip the puffs in caramel on the side and press them against one another. Let cool when the puff ring is finished is finished.

    
Remove from the mold. Place on a serving plate and make the next layers by dipping the puffs in the caramel on their sides. Continue to place the top on the outside and to press them (I didn't do it since my puffs were overdone) and make the ring smaller with each layer. Leave at room temperature.

    
For the brittle, prepare a tray with parchment paper. Coarsely crush the almonds and roast them lightly in the oven for 15 minutes. Leave the oven on. Put the sugar with a little water in a saucepan. Bring to a boil and when the right color is reached take a teaspoon of it and place it on parchment paper. Add almonds to the pan. Mix well and pour over the baking paper. Put another sheet of paper on top and make flat and thin with a rolling pin. Let cool enough to remove the paper on the top. Draw lines to make triangles with a knife. If the brittle is too hard (which is likely to happen), pop the tray in the hot oven for a few minutes before drawing the lines. When the brittle is getting firmer, cut triangles. If they are too hard return to the oven. When they are soft but not burning hot any more, remove from the paper with your fingers and place on a pastry ring or bottle to bend them. Let cool. warm up the reserved tablespoon of caramel and use it to glue the triangles against one another over the puffs.

   
Whip the cream to hard peaks and sweeten it. Transfer to a piping bag and decorate the cake. Serve as soon as possible too much because the cream will liquify the caramel.

 

Copy of pièce montée 035

Repost 0
Publié par Stef de Fla - dans tartes et gâteaux
commenter cet article
15 avril 2012 7 15 /04 /avril /2012 08:34

 

Copy of potato risotto 010

 

      Mes photos moches avec mes asperges trop cuites ne rendent pas du tout hommage à ce plat délicieux. J'avais repéré l'idée du risotto de pommes de terre chez Clémence. Le riz demande moins d'efforts de préparation mais je trouve que le vrai risotto est plus dur à réussir que ce plat. On procède exactement comme avec du riz, la seule différence est que les pommes de terre n'augmentent pas en volume mais ont tendance à diminuer un peu, quoi que moins que je pensais (je me suis faite avoir). J'ai cuisiné mes patates plus de 20 minutes et si vous voulez mon avis c'est comme pour le riz il faut les garder à peine cuites sinon ça devient un peu trop épais et moins élégant, surtout quand les asperges sont trop cuites comme les miennes. Je n'ai pas eu peur de rajouter du fromage et du beurre à mon bouillon thaï et c'était très bon je vous assure.

 

Ingrédients pour 2 personnes:

 

- 4 (assez) grosses pommes de terre à chair ferme

- 300 g de pétoncles surgelées

- 10 asperges vertes

- 5 shiitakes frais (ou réhydratées)

- 1 échalote

- 30 g de parmesan ou autre fromage sec affiné râpé

- 4 c. à soupe de crème de coco

- 1/2 verre de vin blanc

- 2 cm de galanga frais (ou gingembre)

- 1 feuille de citron kaffir surgelée (ou plusieurs séchées)

- 1 c. à soupe de citronnelle hachée

- 1/2 citron vert

- un peu de piment rouge ciselé ou en poudre

- 1 c. à café d'huile

- 1 noix de beurre

- sel ou 1/2 c. à café de sauce soja et de sauce poisson

- poivre

- coriandre fraîche ciselée

 

Copy-of-potato-risotto-027.jpg

 

Déroulement:

 

     Faire décongeler les pétoncles et récupérer le jus. Éplucher le galanga et le râper. Mettre le galanga, la citronnelle, la feuille de citron, l'eau des pétoncles, la crème de coco, le piment, du sel et du poivre et environ 1/2 litre d'eau dans une casserole. Porter à ébullition et laisser infuser.

 

     Éplucher la tige des asperges et les couper en tronçons. Couper les champignons en fines lamelles. Émincer finement l'échalote. Éplucher les pommes de terre et les couper en cubes avec un appareil ou à la main (les couper en 2 dans le longueur, les poser sur la tranche plate, couper en tranches, poser sur le côté plat et couper des allumettes puis des cubes).

 

     Faire blondir l'échalote dans l'huile d'olive. Ajouter la brunoise de pommes de terre et faire revenir 2 minutes. Ajouter le vin blanc et faire cuire jusqu'à évaporation. Ajouter les champignons et suffisamment de bouillon pour couvrir les pommes de terre et faire cuire jusqu'à évaporation du liquide en plusieurs fois, jusqu'à ce que les pommes de terre ne soient plus croquantes (entre 18 et 23 minutes). Rajouter les asperges après 5 ou 10 minutes de cuisson, suivant que vous les aimez croquantes ou moelleuses. Ajouter les pétoncles environ 5 minutes avant la fin de la cuisson. Quand les pommes de terre sont cuites mais encore fermes et qu'il n'y a presque plus de liquide (laisser un peu moins de liquide au fond de la poêle que pour le risotto car les pommes de terres boivent moins de jus), ajouter le fromage et le beurre. Mélanger et laisser 5 minutes à couvert. Servir arrosé d'un peu de jus de citron vert et saupoudré d'un peu de coriandre.

 

Copy of potato risotto 023

 

Potato risotto with asparagus, bay scallops and thai broth

 

     My ugly photos with my overcooked asparagus don't pay tribute to this delicious dish. I had found the idea of ​​a potato risotto on Clémence's blog. Rice requires less effort to prepare but I think that real risotto is more difficult to master than this dish. We proceed exactly as with rice, the only difference is that potatoes don't increase in volume but tend to decrease a little, though less than I thought (they tricked me). I cooked my potatoes more than 20 minutes and if you ask me it's like for rice, they  need to be just barely cooked or it gets a little too thick and less elegant, especially when the asparagus is overcooked like mine. I wasn't afraid to add cheese and butter to my Thai broth and believe me it was very good.

 

Copy--2--of-potato-risotto-021.jpg
Ingredients for 2:

- 4 (quite) large firm potatoes
- 300 g frozen scallops
- 10 green asparagus
- 5 fresh shiitake mushrooms (or rehydrated ones)
- 1 shallot
- 30 g of Parmesan or other ripened dry cheese, grated
- 4 tbs coconut cream
- 1/2 glass of white wine
- 1 small inch fresh galanga (or ginger)
- 1 frozen kaffir lime leave (more if they're dried)
- 1 tbs minced lemongrass
- 1/2 lime
- 1 tsp oil

- 1 knob of butter

 - salt or 1/2 tsp of soy sauce and fish sauce

- pepper
- cilantro, chopped

Directions:

     
Thaw scallops and save the juice. Peel and grate the galanga. Put the galanga, lemongrass, lime leaf, scallops, coconut cream, salt, pepper, chili and about 1 pint of water in a saucepan. Bring to a boil and set aside.

     
Peel the stem of the asparagus and cut into chunks. Cut the mushrooms into thin slices. Finely chop the shallot. Peel the potatoes and cut into cubes with a tool or by hand (cut into 2 lengthwise, lay them flat on the slice, slice, place on the flat side and cut matches and then cubes) .

     
Sauté the shallot in olive oil. Add the diced potatoes and saute 2 minutes. Add white wine and cook until evaporated. Add mushrooms and enough broth to cover the potatoes and cook until liquid evaporates. Repeat the process until the potatoes are just done (18 to 23 minutes). Add the asparagus after 5 or 10 minutes, depending on whether you like it crunchy or soft. Add the scallops about 5 minutes before the end. When the potatoes are cooked but still firm and there is little liquid left (leave a little less liquid at the bottom of pan than for traditional risotto because the potatoes absorb less juice), add cheese and butter. Combine, cover with a lid and let stand 5 minutes. Serve drizzled with a little lime juice and sprinkled with a little cilantro.

 

Copy of potato risotto 009

Repost 0
12 avril 2012 4 12 /04 /avril /2012 06:06

 

    Voilà un an que je suis ici et le moins que l'on puisse dire c'est que c'est pas facile de s'adapter quand on est une Frenchie qui aime manger. La nourriture aux États-Unis c'est pas seulement des produits différents mais aussi des qualités différentes et aussi des habitudes alimentaires qui peuvent dérouter. Je rappelle aussi que je vis dans le nord ouest où il y a peu de métissage culturel et où les forêts, les montagnes, les lacs et les pick-ups sont nombreux, bref c'est encore un peu comme au temps des pionniers, donc si vous avez habité à Boston par exemple vous avez sûrement une autre expérience que moi. Je ne travaille toujours pas mais je n'ai pas plus de recettes à publier car je passe beaucoup de temps à fabriquer des produits de base moi-même comme le pain, la crème fraîche, le fromage, les tortillas... Sans plus attendre le détail.

 

1) Les points positifs:

 

- le bio:

 

Le bio est assez bien développé. Il y a plein d'épiceries et beaucoup de choix dans les grandes surfaces mais malheureusement comme en France ça reste assez cher.

 

- la patate douce:

 

La patate douce est trouvable dans n'importe quelle épicerie et souvent en plusieurs variétés et à un prix ridicule.

 

- la moutarde:

 

Je vais peut-être en choquer certains mais j'avoue avoir un faible pour la moutarde épicée américaine. Il faut certes bien lire les étiquettes pour en trouver sans glutamate mais je l'adore.

 

- le beurre de cacahuète:

 

Ici on en trouve partout et on a le choix de la marque. On trouve même des distributeurs de cacahuètes fraîchement broyées, zéro additif et tout bénef pour la santé.

 

winco-005.jpg

- les épiceries exotiques:

 

Il y a plusieurs épiceries asiatiques, mexicaines et russes dans ma ville et j'avoue adorer y faire un tour.

 

- l'ouverture sur le monde:

 

Comme il n'y a pas vraiment de cuisine américaine les gens sont très ouverts à la cuisine exotique et ne craignent pas les épices ou les produits qui sortent de l'ordinaire.

 

- les shiitakes:

 

On trouve ces champignons frais pratiquement partout. Dans mon épicerie asiatique ils sont à 5$ la livre et comme ils sont très forts en goût 5 ou 6 suffisent largement dans un plat.

 

- les haricots secs:

 

On a beaucoup de choix dans les haricots et si on ne trouve pas les mêmes variétés qu'en France on a de quoi faire avec les variétés locales colorées et bariolées au rayon gros. On retrouve le même choix au rayon conserve et ils sont souvent très bons.

 

- les courges:

 

Ici on trouve tous les types de courges (butternut, courgeron, spaghetti...) tout l'hiver et pas seulement pendant la semaine d'Halloween. En plus elles sont pas chères.

 

- la coriandre:

 

La coriandre fraîche n'est pas un produit exotique ici. On la trouve même dans la plus petite épicerie en grande quantité et à un prix dérisoire. Elle est même plus facile à trouver que le persil.

 

- le vin:

 

J'avoue ne pas y connaître grand chose mais je n'ai encore jamais bu de vin local qui était de la piquette. J'aurais pu aussi le mettre dans les côtés négatifs car il est cher et le classement par type de raisin et non pas par région est assez perturbant.

 

- la bière:

 

Il existe beaucoup de petites bières locales et presque toutes les villes ont une brasserie. On est loin du goût de la bière belge, les bières américaines sont très amères mais je suis mal placée pour les critiquer vu que je n'en ai goûté que très peu. Il faut prendre le temps de chercher et de goûter car il y a du choix. La pint est à environ 3 ou 4 $ donc dans les bars elle revient beaucoup moins cher qu'en France. Par contre en magasin c'est le contraire, le 6 pack de bière bas de gamme sera pas en dessous de 5 ou 6$. La petite bouteille de Duvel c'est 5$ pièce. Aïe.

 

- les magasins ouverts le dimanche:

 

Les petites épiceries et les supermarchés sont ouverts le dimanche entier et certaines chaînes comme Winco sont ouvertes 24h/24 et 7j/7. Un truc de dingue qui empêche les embouteillages le samedi et aux heures de pointe.

 

- la rayon vrac des magasins:

 

En France on connaît ça dans les magasins bio et certains hypermarchés mais le choix est vraiment limité. Ici tout magasin se doit d'avoir une 'bulk section'. La palme revient à Winco, mon supermarché préféré. Attention la vue du haut peut entraîner un décrochement de la mâchoire, et encore vous ne voyez pas tout. Les photos ont été prises sur leur page Facebook (oui je suis fan je ne le cache pas).

 

525311_375451679153980_108500905849060_1192530_1795456067_n.jpg

 

297150 284862821546200 108500905849060 956872 624467176 n

 

2) Les points négatifs:

 

- le rapport des gens à la nourriture et aux repas:

 

C'est plus dur à accepter pour moi que les produits eux-mêmes. D'après ce que j'ai cru comprendre les habitudes sont un peu différentes dans le sud où l'on cuisine davantage et où l'on prend plus le temps de manger. Je précise qu'il s'agit de généralités, rassurez-vous il y a quelques personnes qui savent apprécier la bouffe. 

  • l'heure du dîner:

Le repas du soir à 17 ou 18 heures j'ai beaucoup de mal. Je mange souvent le déjeuner vers 14 heures et les invitations à dîner au restaurant 3 heures après je peux pas et quand je dis aux gens que je sors de table ils ne voient pas où est le problème. Quand vous recevez des gens vous avez aussi beaucoup moins de temps pour préparer et c'est perturbant au début. Et je ne parle pas de la dalle au ventre à minuit.

  • l'apéro:

Si on boit volontiers un verre avant de manger on ne prend pas l'apéro pendant une heure et l'apéro et tout ce qu'il évoque ça manque.

  • la fréquence des repas:

Moi j'ai besoin de faire 3 repas par jour et s'ils ne sont pas toujours exactement à la même heure ils n'en sont pas moins structurés, c'est pas n'importe quoi n'importe quand. Ici on mange quand on a faim, peu importe l'heure, on n'attend pas le moment du repas. Pour moi qui mange déjà trop au départ si je n'attends pas un peu pour habituer mon estomac à la faim je finis par avoir faim et manger tout le temps et c'est pas top pour la ligne.

  • la durée des repas:

L'américain vous donne cette impression d'avoir un train à prendre quand il mange. En gros même les repas de fête durent 30 ou 45 minutes. Je ne suis pas du genre à faire une pause avant le dessert (je suis trop impatiente) et à étaler les repas sur 4 heures mais quand j'invite des gens j'aime prendre mon temps. Ici vous invitez les gens vers 18 heures et à 20h ils vous disent qu'ils doivent y aller. Mais qu'est-ce qu'ils peuvent bien avoir d'important à faire à une heure pareille après une soirée chez des amis?

  • la composition de l'assiette:

Pour une raison que lui seul connaît l'américain se doit de manger vite. Pour ce faire, même quand vous lui proposez un buffet, il met TOUT sur son assiette. Je sais pas si c'est qu'il a la flemme de se relever ou si c'est qu'il a peur qu'on lui laisse rien mais ça ne le gêne pas de faire tremper son cheesecake dans la sauce barbecue. J'ai cru comprendre que ça dépendait un peu du niveau d'éducation et que tout le monde faisait pas ça mais moi la plupart des gens que je connais le font. En plus ils ne gardent pas le dessert pour la fin mais mangent un peu de salade, un peu de dessert puis un peu de salade à nouveau. Des fois je me demande s'ils ont les mêmes papilles que nous.

  • l'absence de couteau pour manger:

Les gens n'utilisent pas de couteau pour manger. A moins d'avoir un steak ils coupent tout à la fourchette. En plus on voit qu'ils en bavent mais je sais pas ça ne leur traverse pas l'esprit. Quand j'invite ça me gêne pas vu que j'ai moins de vaisselle à faire mais si je vais chez des amis et que j'ai pas de couteau à côté de mon assiette pour faire suivre de la salade ou couper une viande en sauce manger devient un challenge.

  • les potlucks:

Les Américains ont un nom pour les repas où chacun amène un truc et c'est tout à leur honneur. La seule différence c'est qu'ils se consultent pas pour savoir quoi amener. En France je ne raffole pas de ce genre de chose parce qu'on se retrouve souvent avec plein de quiches avec le fond de pâte mou et pas cuit, des cakes salés qui étouffent, des clafoutis brûlés et des salades de pâtes sans goût. Oui mais au moins c'est fait maison. Ici sur 20 personnes vous allez en avoir 2 qui vont ramener un truc fabriqué par leurs soins, et ce pas seulement en semaine mais aussi le samedi soir quand ils auraient eu le temps de cuisiner. Les autres vont ramener des chips, des tartinades et le truc qui m'horripile le plus parce qu'il est inévitable et qu'il est censé représenter l'aliment santé de la soirée: les mini légumes crus complètement fadasses et desséchés achetés en plateau avec la sauce Ranch pleine de sirop de glucose fructose, de matières grasses hydrogénées et de glutamate. Désormais dans ce genre de soirée je mange avant, je me fais plus avoir à manger ces produits qui font grossir, me donnent des gaz horribles et me donnent mal au ventre et au crâne. Sachez-le l'américain moyen cuisine très peu et surtout pas les légumes.

  • la désacralisation de la nourriture:

Une expression politiquement correcte pour exprimer ce qui est pour moi un manque total de respect pour la nourriture et la personne qui cuisine. Comment peut-on apprécier un morceau de pain avec de la confiture et un gratin de poisson en même temps? Expliquez-moi parce que je ne comprends pas. Comment peut-on mettre une pâte feuilletée maison au micro-ondes et manger de la purée froide? Ici rien ne choque et je trouve que les gens ne savent rien de la meilleure façon d'apprécier les aliments. Il faut surtout éviter de faire un super repas pour des inconnus parce qu'ils risquent de n'en faire pas plus de cas que d'un simple sandwich. Vous pondez un truc de la mort, le genre que c'est sûr ils ont jamais mangé et vous n'avez aucune question, aucun commentaire. Ici on ne parle pas de la bouffe et je pense que c'est parce qu'on n'y connaît rien.

 

- les OGM:

 

Le maïs, le soja, la betterave sucrière sont globalement OGM. Ça veut dire que lorsque vous mangez des produits comme le tofu, le chocolat (ben oui y'a de la lécitine de soja), des cookies, des tortillas... vous mangez OGM la plupart du temps et sans que cela figure sur les étiquettes. La solution est de manger bio mais elle a un coût.

 

- les produits laitiers:

 

Avant de venir ici vous vous doutez que ce n'est pas le pays du fromage. Vous êtes moins préparé au fait que les produits laitiers non bio contiennent des hormones de croissance. Et vous n'êtes pas préparés à ce que le beurre et la crème n'aient aucun goût. Le yaourt bio est super acide et le yaourt "nature" classique est plein de flotte et d'épaississants. Et puis les vaches nourries aux hormones sont aussi susceptibles d'avoir consommé des céréales OGM. Et bien sûr pour tout faire soi-même c'est galère parce qu'on fait tout pour empêcher les agriculteurs de produire du lait cru. Donc les produits bruts de qualité sont difficiles à trouver et très chers. Le pire c'est que les produits classiques sans goût et plein d'hormones sont très chers aussi. Et la première fois que vous mettez le pied au rayon des produits laitiers c'est le choc psychologique. Il fait le quart de ceux qu'on trouve en France et vous pleurez quand vous voyez qu'il n'y a rien qui ressemble ni de près ni de loin à nos Danettes, crèmes brûlées Rians, marrons suisses ou Liégeois.

 

- les additifs alimentaires et les produits transformés:

 

Je vous ai déjà parlé longuement du glutamate ici mais il y a aussi le sirop de glucose fructose, les matières grasses hydrogénées, les épaississants et les colorants. Un peu comme en France me direz-vous sauf qu'ici c'est partout. Un produit simple qui se compose de 5 ingrédients en France va en contenir une quinzaine ou une vingtaine aux États-Unis donc d'une manière générale il est très difficile de manger des plats tous prêts bons et sains. Le produit brut est une denrée rare. La farine blanche est enrichie en vitamines et contient souvent de l'extrait de malt qui souvent est un dérivé de glutamate. Le beurre est tellement fadasse qu'ils y rajoutent des arômes (= glutamate) mais ça ne les empêchent pas de se vanter qu'il ne contienne pas d'hormones. On trouve des épaississants jusque dans la crème liquide bio. Bref vous n'êtes pas à l'abri en faisant tout vous-même.

 

- la viande:

 

Hormis le fait que le boeuf soit piqué aux hormones ce qui est très difficile à vivre c'est le manque de choix. Ici on a trois possibilités: boeuf, porc et poulet. Le lapin et le cheval sont interdits, la pintade n'existe pas, l'agneau est trouvable sous une seule forme quand on a la chance d'en rencontrer (y'en a pas chez mon boucher), le canard c'est juste congelé à l'épicerie asiatique, le veau est pas présent sur les étals des bouchers et quand on en trouve parfois en supermarché il est hors de prix et souvent haché. Donc pour varier on finit par manger du tofu.

 

- la charcuterie:

 

Je ne suis pas une fan de cette dernière mais j'avoue aimer avoir du jambon dans mon frigo. Ici le jambon est ultra salé et sucré en prime ce qui le rend immangeable pour nos palais français. Je ne déteste pas le pastrami mais comme il est plein de glutamate comme beaucoup de viandes transformées j'ai arrêté d'en manger. Quand vous voyez aussi que le 1er ingrédient de pas mal de saucisses c'est l'eau ça vous donne une idée du respect qu'ont les industriels pour la cochonnaille. Et je ne vous parle même pas de l'absence de pâté et de boudin.

 

- le poisson:

 

Les variétés de poisson sont différentes et en moins grand nombre. Adieu le rouget, le haddock, le flétan et plein d'autres. On a beau être seulement à 5 heures des côtes il est très difficile de trouver du poisson frais. Seul truc bien ici le saumon est presque toujours sauvage. Par contre en version fumée il est hors de prix.

 

- des fruits et légumes introuvables ou très chers:

 

Globalement les fruits et légumes sur les étals sont les mêmes qu'en France mais il y a des différences qui peuvent surprendre.

 

  • Le céleri boule est souvent minuscule et très cher alors que son cousin vert est facile à trouver et bon marché.
  • L'endive n'est pas protégée de la lumière et toute verte à 5$ elle vous fait oublier l'existence des endives au jambon.
  • Le fenouil est très cher et vendu avec les tiges en prime. En gros 2 bulbes de fenouil c'est 6 ou 7 $.
  • Le fruit de la passion est introuvable à ma connaissance à Spokane.
  • La châtaigne est un produit que je n'ai trouvé que dans 2 supermarchés à l'automne et à 5 ou 6$ la livre. Impossible de se rabattre sur la version en conserve qui est encore moins trouvable. La crème de marron c'est au moment des fêtes dans un seul magasin.
  • Les fèves fraîches et les artichauts poivrades n'existent pas. De manière générale à part les asperges vertes on ne voit pas de légumes primeurs sur les étals, bref on voit pas que c'est le printemps.
  • Les groseilles et les cassis sont introuvables. Les gens ne semblent pas savoir ce que c'est. Je ne comprends pas pourquoi vu que les baies sont très populaires.

- l'absence de saison dans les fruits et légumes et dans la tête des gens:

 

Y'a plus de saisons vous le saviez déjà mais ici ça dépasse tout. On trouve du raisin et de la courge butternut tout l'année. Et le pire c'est que des gens intelligents, soucieux de l'environnement et qui donnent l'impression de s'y connaître en cuisine vous servent des asperges pour Thanksgiving, du raisin en mai et des fraises en janvier (c'est du vécu). Moi je ne suis pas contre acheter des tomates et des poivrons 3 fois dans l'hiver pour varier mais de là à servir aux gens des produits hors saison dégueux et super chers y'a des limites.

 

- les fraises:

 

En France on a des gariguettes, des ciflorettes, des darselects, des charlottes, des maras des bois. Ici on a de banales fraises qui n'ont aucun goût si elles ne sont pas bio. En gros les fraises de Californie c'est aussi dégueux et plein de produits chimiques que les fraises d'Espagne. Les fraises locales ne durent que trois semaines en juillet. On est capable d'envoyer un homme sur la lune mais pas d'avoir des variétés de fraises précoces ou remontantes qui permettent de manger des fraises de qualité pendant 6 mois comme en France.

 

- le raisin:

 

En plus d'être présent toute l'année il est vraiment différent des nôtres. Le plus courant est rouge violet et n'a généralement pas de pépins (ni de goût). Si. Et le pire c'est que les gens de mon âge ont grandi avec du raisin sans pépins et ça ne les choque pas. Le raisin noir n'a rien à voir avec le raisin français. J'ai beau être ouverte et savoir qu'on doit manger un aliment 10 fois avant de dire qu'on ne l'aime pas je n'arrive pas à manger du raisin concorde, j'ai l'impression de consommer un arôme pour bonbons totalement chimique. Donc le raisin ne fait plus partie de ma vie.


- le jus de fruit:

 

Ici les smoothies de supermarché super bons genre Tropicana ou Innocent n'existent pas. Oui vous avez bien entendu on ne trouve pas de smoothie Tropicana dans le pays de Tropicana. La raison? Le 100% jus de fruit est une aberration pour les industriels américains, beaucoup moins rentable que du jus avec de l'eau, des arômes et de l'acide citrique. Ici 100% jus de fruit veut dire arôme et acide citrique ajoutés dans la plupart des cas.

 

- la cuisine du Maghreb inexistante:

 

Ici on a juste un restaurant marocain. Il est difficile de trouver des plats à tajine et les gens pensent que le couscous c'est juste de la semoule. Pfff.

 

- le chocolat:

 

Je ne suis pas une puriste du chocolat mais il faut reconnaître qu'ici il est trop sucré et pas terrible. En plus l'absence de choix dans les rayons des supermarchés fait peur. Oh il y a sûrement de bons chocolats bio mais à 5$ la tablette de 100 g pour la pâtisserie ça le fait moyen. Le seul truc que je trouve appréciable c'est le conditionnement en pépites pour faire fondre rapidement.

 

- le praliné:

 

Pour une raison que j'ignore le praliné n'a pas encore franchi l'Atlantique ou du moins les Montagnes Rocheuses. Ici on appelle "praline" les noix de pécan grossièrement hachées et caramélisées. Vous imaginez vous des chocolatiers sans chocolats pralinés? Et les gens ne savent tellement pas ce que c'est que je n'ai aucune idée de comment ça se dit en anglais. Pourtant c'est un truc qui peut voyager facilement et c'est pas les amandes et les noisettes qui manquent en Californie.

 

- les surgelés:

 

Je n'ai pas peur de le dire: Picard me manque à mort. Quand on n'a pas le temps de cuisiner on mange de la crotte, c'est non seulement pas bon au goût mais pas bon pour la santé. Trader Joe semble avoir des plats préparés de qualité mais comme cette chaîne finit par faire fermer toutes les petits commerces bio je la boycotte.

 

 

Vous l'aurez compris manger bon et sain ici c'est un combat permanent.

 

Repost 0
Publié par Stef de Fla - dans bla bla
commenter cet article
8 avril 2012 7 08 /04 /avril /2012 07:00

 

Copy of bologna squash 014     

    C'est nouveau ça vient de sortir j'ai décidé de participer au tour en cuisine. Pour voir toutes les recettes et en savoir plus il suffit de cliquer sur l'image.


Logo 350 350

 

     Je me suis dit que c'était l'occasion de réaliser des plats que je n'aurais pas forcément fait spontanément. Pour ce tour numéro 81 je suis allée piocher sur le blog d'Isalou Courgettes en folie. Si cet été votre jardin est envahi par les courgettes vous savez où aller pour trouver des idées. J'aime beaucoup les courgettes mais hors saison quand elles sont amères et sèches j'ai beaucoup de mal à les apprécier. Donc j'ai décidé de remplacer une courgette spaghetti par une courge, me disant que l'essentiel était d'avoir des spaghettis végétaux. Je suis très contente de mon choix. Je ne fais jamais de bolognaise et après ce délicieux gratin je me suis dit que j'avais tort. J'ai pris une courge de 3 kilos donc il m'en restait pas mal et si comme moi il vous en reste plein je vous conseille l'option gaufres salées aux pommes de terre. Pour savoir ce que Laurence du blog Sucré sablé a pioché chez moi c'est ici.

 

Ingrédients pour 4 personnes:

 

- 1 belle courge spaghetti

- 350 g de boeuf haché

- 1 boîte de sauce tomate

- 1 échalote

- 1 c. à café d'huile

- fromage râpé

 

Copy of bologna squash 003

 

Déroulement:

 

    Cuire la courge 20 minutes à la cocotte minutes en la retournant à mi-cuisson ou alors la couper en deux et la cuire au micro-ondes. Laisser tiédir.

 

    Faire dorer l'échalote émincée dans l'huile à feu moyen pendant 5 minutes. Ajouter la viande et faire revenir. Ajouter la sauce tomate et mélanger. Faire cuire à feu doux 10 minutes avec une cuillerée à soupe d'eau.

 

    Enlever les graines puis avec une fourchette vider les spaghetti de la courge et les mettre dans un plat à gratin, s'il y en a trop en garder pour une autre recette. Assaisonner légèrement de sel et de poivre. Si votre sauce est un peu liquide saupoudrer d'une cuillerée à soupe de semoule à couscous (pas fait). Vider la sauce dessus. Parsemer de fromage râpé. Faire gratiner environ 30 minutes à four moyen.

 

Copy of bologna squash 020

 

Bologna spaghetti squash

 

   Listen this is brand new: I've decided to participate in the "tour en cuisine" game. To see all the recipes and get more information just click on the picture.

Logo 350 350
  
I thought it was an opportunity to try dishes that I would not necessarily fancy making spontaneously. In this 81st round I went picking on Isalou's blog Courgettes en folie. If this summer your garden is submerged by zucchini you know where to go for ideas. I love zucchini but out of season when it's dry and bitter I find it very hard to enjoy. So I decided to replace a spaghetti summer squash by the winter type, I told myself that the goal was to have vegetable spaghetti. I am very happy with my choice. I never make bologna and after this delicious bake I realized it's a mistake. I used a 3 kg squash so I had quite a bit left over and if it happens to you too I recommend you use it in savory waffles with grated potatoes. To find out what Laurence from the blog Sucré sablé has chosen among my recipes it is here.

 

Copy of bologna squash 001

 

Ingredients for 4:

- 1 large spaghetti squash
- 350 g ground beef
- 1 can tomato sauce
- 1 shallot
- 1 tsp oil
- grated cheese

 

Copy of bologna squash 019

 

Directions:

   
Cook squash 20 minutes in a pressure cooker, turning upside down halfway through or cut in half and cook in the microwave. Let cool.

   
Brown the minced shallot in the oil over medium heat for 5 minutes. Add meat and brown. Add tomato sauce and combine. Cook over low heat 10 minutes with a tablespoon of water.

    
Remove seeds from the squash and shred the spaghetti with a fork. Transfer to a baking dish, if there is too much keep for another recipe. Season lightly with salt and pepper. If your sauce is a little liquid sprinkle with a tablespoon couscous (I didn't do it). Pour the sauce over. Sprinkle with grated cheese. Bake for about 30 minutes in a moderate oven.

 

Copy of bologna squash 024

Repost 0

Présentation

  • : On déconne pas avec la bouffe
  • On déconne pas avec la bouffe
  • : Ma frustration est grande au pays de la malbouffe mais il en faut plus pour m'empêcher de faire des pâtisseries gourmandes et des recettes exotiques élaborées avec les ingrédients locaux.
  • Contact

Profil

  • Stef de Fla
  • Gourmande d'origine creusoise et nordiste d'adoption pendant 10 ans, je vis désormais à SPOKANE, état de Washington, dans le nord-ouest américain.
  • Gourmande d'origine creusoise et nordiste d'adoption pendant 10 ans, je vis désormais à SPOKANE, état de Washington, dans le nord-ouest américain.

Suivez-moi

badge.php

Recherche